Kant et Kleist

CAPH_139_L204Le dernier numéro des Cahiers Philosophiques (n°139/4ème trimestre 2014) porte sur Kant et Kleist.

« J’ai l’impression de devenir une de ces victimes de la folie, comme la philosophie de Kant en a tant sur la conscience (…) La pensée que nous ne savons rien ici-bas de la vérité, absolument rien (…) cette pensée m’a ébranlé jusque dans le sanctuaire de mon âme. (…) Ce que je veux, c’est voyager » écrit en 1801 le poète et dramaturge Heinrich von Kleist, bouleversé par la découverte de la philosophie critique. Aucune orientation simple de l’existence ne s’offre à nous : ni la connaissance de la nature, ni la conscience morale ni la foi en une destination de l’homme ne constituent des pôles suffisamment assurés.

Sur les traces de Kleist, les articles du présent dossier nous convient à une exploration de la pensée kantienne qui souligne l’absence de réconciliation et d’harmonie des facultés et s’efforce de mesurer les implications d’un tel manque.

Au sommaire du numéro:

  • M. Cohen-Halimi, N. S. Madrid, « Editorial », p. 5-6
  • Laura Anna Macor, « Kleist et la ‘destination de l’homme’ : nouvelle interprétation de la Kantkrise », traduction de Jean-François Lavigne, p. 7-20
  • Paulo Jesus, « L’action comme événement : ignorance et sentiment cosmo-tragique de soi entre Kant et Kleist », p. 21-37
  • Nuria Sánchez Madrid, « Kant avec Kleist : les figures du désir pur », p. 38-55
  • Jan Mieszkowski, « De la transgression des lois du langage : liberté et histoire dans Le Prince de Hombourg », traduction de Guillaume Forain, p. 56-73
  • Claude Giboin, « La vertu de Machiavel », p. 74 à 91

Les Introuvables des Cahiers :

  • Bernhard Böschenstein, « Ambivalence et dissociation dans l’œuvre de Kleist », traduction de Jean-Philippe Mathieu, p. 94-111, précédé d’une introduction par Michèle Cohen-Halimi, « La ligne générale, p. 92-93

Parutions

  • Jocelyne Sfez L’Art des conjectures de Nicolas de Cues, Paris, Beauchesne, 2012, 505 p. Notes de lecture par F. Burbage, p. 112-118
  • Frédéric Fruteau de Laclos, Émile Meyerson, Paris, Les Belles Lettres, 2014, 228 p. Notes de lecture par Alberto Gualandi, p. 119-121

 

 

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *