Approche sociale de la croyance

medium_7638306424Le dernier numéro des Cahiers Philosophiques (n°142/3ème trimestre 2015) porte sur “L’approche sociale de la croyance”.

Nous ne pouvons vivre sans admettre un certain nombre de croyances qui font, selon les termes de Descartes, autant de « certitudes morales ». Celui qui voudrait être absolument certain que son repas n’est pas empoisonné finirait par mourir de faim. Nous nous fions à nos sens qui nous informent de ce qui se passe en nous ou hors de nous. Et nos croyances résultent également de la confiance que nous accordons au témoignage d’autrui.
Dans quelle mesure un témoignage contribue-t-il à l’établissement d’une vérité et par là même d’une croyance vraie justifiée ? Quel est le rôle des institutions sociales dans l’émergence d’une telle justification ? La question juridique des preuves testimoniales et plus largement l’interrogation sur la valeur épistémique du témoignage relèvent d’une théorie de la connaissance. L’étude du témoignage appartient aussi à une « épistémologie sociale » dont l’une des tâches consiste à déterminer les conditions de l’élaboration collective de connaissances scientifiques.
Si la communauté scientifique est dotée d’une autorité épistémique, n’est-ce pas justement parce qu’elle produit des connaissances et non de simples croyances ? Doit-on faire une place – et laquelle – à des croyances testimoniales pour rendre compte de ce qu’est « la science » ?

Au sommaire de ce numéro :

  • Éditorial, Nathalie Chouchan, p. 5 à 8
  • Pierre-Yves Quiviger, « Remarques sur les preuves testimoniales en droit » p. 9 à 20
  • Marion Vorms, « La valeur probante du témoignage : perspectives épistémologique et juridique », p. 21 à 52
  • Vincent Israel-Jost, « L’attribution d’autorité à la science : Approche néopoppérienne du problème », p. 53 à 72
  • Jean-Marie Chevalier, « Les deux sources de l’épistémologie sociale :Épistémologie analytique et épistémologie « proactive » : les enjeux d’une compétition », p. 73 à 91
  • Pascal Engel, « Peut-il y avoir des savoirs collectifs ? », p. 93 à 106

Les introuvables des cahiers

  • Charles Sanders Peirce, Traduction de Jean-Marie Chevalier, « L’épistémologie sociale de Peirce », p. 107 à 120

Situations

  • Entretien avec Anouk Barberousse, « Le GIEC, une communauté d’expertise originale », Propos recueillis le 10 avril 2015 par Pierre Lauret, p. 121 à 131

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *