Siegfried Kracauer

SiegfriedkracauerLe dernier numéro des Cahiers Philosophiques (n°143/4ème trimestre 2015) porte sur « Siegfried Kracauer ».
En 1929, dans son essai Les employés : Aperçus de l’Allemagne nouvelle, Siegfried Kracauer identifie dans la propagation du sport le symptôme d’un « refoulement à grande échelle » qui « n’encourage pas la transformation des rapports sociaux mais représente au contraire un des principaux instruments de dépolitisation ». Il en aperçoit les effets jusque dans les encarts publicitaires des journaux d’employés, emplis d’images fantasmagoriques célébrant l’éclat et la jeunesse. La diffusion et l’immense succès populaire du roman policier et du cinéma sont des témoins non moins importants de ce qui se trame en toute inconscience, dans les profondeurs d’une société qui se prépare à porter Hitler au pouvoir. « Le lieu qu’une époque occupe dans le processus historique se détermine de manière plus pertinente à partir de l’analyse de ses manifestations discrètes de surface, qu’à partir des jugements qu’elle porte sur elle-même. ». La lecture contemporaine de Kracauer invite à examiner le lieu historique de notre époque, à en scruter les manifestations de surface afin de chercher à comprendre ce qui s’y déploie et ce qui s’y prépare.
Au sommaire de ce numéro :

Dossier : Siegfried Kracauer

  • Alain Kleinberger, « Siegfried Kracauer, De Caligari à Hitler (1947) : Illustration et défense d’une histoire (du cinéma) controversée », p. 9-32
  • Jean-Albert Bron, « Réévaluer l’apport théorique de Siegfried Kracauer : Théorie du film, 1960 », p. 33-50
  • Michèle Cohen-Halimi , « Siegfried Kracauer et la « métaphysique du roman policier » », p. 51-66
    Vincent Chanson, « Dialectique négative et/ou dialectique matérielle : retour sur le débat Adorno/Kracauer », p. 67-80

Études

  • Thomas Jesuha, « L’agir et le faire chez Hannah Arendt : réflexions et prolongements », p. 81-10

Les introuvables des cahiers

  • Adorno et Kracauer, correspondance de deux amis, Traduction de Myriam Bernier,p. 105-117

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *