Talmud et philosophie

KaufmannManuscriptLe dernier numéro des Cahiers Philosophiques (n°145/2e trimestre 2016) porte sur « Talmud et philosophie ».

Les différentes contributions de ce numéro sont le fait de philosophes, lecteurs de la Torah et du Talmud, qui distinguent et articulent, chacun à leur manière, leur démarche philosophique et leur pratique de talmudiste. Ces textes ne dessinent pas les contours d’une « philosophie juive » unifiée par des objets, encore moins par des thèses ou une doctrine. La philosophie prétend à l’universalité, et l’adjonction d’une épithète, quelle qu’elle soit, est problématique. La parole biblique n’est pas philosophique et l’exégèse allégorique déployée par les philosophes juifs médiévaux a été vivement critiquée de toutes parts.
Il y a toutefois une singularité de la lecture juive du Livre : la Torah écrite est toujours associée à la Torah dite orale, dont fait partie le Talmud, lui-même accompagné d’une tradition plurielle de commentaires, qui sont le support de l’étude. Cette discipline intellectuelle de lecteur et de commentateur est-elle en mesure de transformer ou d’éclairer certaines questions majeures de la philosophie : la nature de l’être et le statut de l’ontologie, la nature du langage et le statut de la rationalité, la nature du texte écrit et le rapport à la vérité ?

Au sommaire du numéro :

Dossier Talmud et Philosophie

  • N. Chouchan, Editorial
  • Marc Israel, « Ontologie et judaïsme » (p. 9-26)
  • Ivan Segré, « Le Talmud et la « sagesse grecque » (p. 27-53)
  • David Lemler, « Plaidoyer pour l’exégèse allégorique » (p. 55-71)
  • Éric Smilevitch, « Penser en accord avec soi-même » (p. 73-95)
  • Stefan Goltzberg, « Le contournement de la loi est-il hypocrite ? Statut de la ruse dans la loi juive » (p. 97-110)

Les introuvables des cahiers

  • Abraham ben Moïse ben Maïmon l’Espagnol , « Interpréter le Talmud », traduit de de l’hébreu et annoté par Eric Smilevitch (p. 111-125)

Situations

  • « Lire la Torah », Entretien avec Catherine Chalier (p. 126-138)

Note de lecture

  • Maxime Chapuis Note de lecture  sur Étienne Helmer, Le Dernier des hommes. Figures du mendiant en Grèce ancienne Paris, Éditions du Félin, 2015. (p. 139-142)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *