l’efficacité

Alors même que l’efficacité est devenue la norme de l’action publique ou privée, pour en décider a priori comme pour l’évaluer a posteriori, ceux qui s’engagent aujourd’hui, notamment dans le domaine politique, font régulièrement l’expérience de la difficulté, voire de l’impossibilité d’agir. De quoi cette expérience est-elle le symptôme ? Signale-t-elle seulement la crise des formes  traditionnelles de la « prise de parti » et de l’ « engagement » ? Correspond-elle à des limitations nouvelles, constitutives d’un monde nettement moins ouvert qu’il n’y paraît, au sein duquel les échelles de la délibération comme de l’action sont inaccessibles au plus grand nombre, tellement brouillées et opaques qu’elles n’offrent aucune véritable prise ? Qui sont aujourd’hui les « décideurs » ? Qui possède une authentique puissance d’agir, appelant responsabilité et, peut-être, culpabilité ? L’efficacité – et quelle efficacité – est-elle la bonne et la vraie mesure de l’action ?

Dossier coordonné par F. Burbage, à paraître au printemps 2010


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Godin dit :

    Bonjour,
    Suite à la publication de mon essai aux éditions de l’Harmattan (Asphyxiante santé, réévaluations esthétiques de la maladie); je suis prêt à vous soumettre un article dans le prolongement de ce livre. En effet, j’ai tenté modestement de repérer les liaisons entre une certaine rupture dans la croyance en l’action politique et l’émergence d’une esthétique de la maladie. L’impossibilité d’agir politiquement participe de la prolifération d’oeuvres où les sujets s’incarnent dans les figures du paria, de l’exilé (Kafka, Chaplin); du marginal ou de l’homme malade (Beckett, Bacon, etc.). De ce point de vue, l’art psychopathologique et l’art brut rejoignent alors certaines formes de l’art contemporain qui ne cessent d’interroger ces normes de la santé ou de la performance. Aux injonctions de santé, de vitesse, de communication, d’efficacité, de profit, de beauté qui assaillent quotidiennement l’individu, les clowns tristes et avachis de Ugo Rondinone, comme le randonneur écœuré et vomissant de Tony Matelli semblent répondre ironiquement par la position dépressive. La dépression devient aujourd’hui, dans la représentation artistique, une maladie de la résistance à ce modèle normatif dominant les interprétations de la santé, comme le furent l’hystérie ou la paranoïa pour les surréalistes en réponse à une santé rigide et aliénante. Dès le XIXe siècle, l’art rencontre la figure de la « maladie » et de la perversité, pas seulement parce que Baudelaire publie quelques poèmes sur les lesbiennes dans les Fleurs du mal, mais dans la mesure où l’artiste devient celui qui retourne les formes de visibilité par lesquelles une société peut se voir. La perversité sublime de l’art , c’est de pervertir d’une part, la bonne conscience de la bourgeoisie, en refusant l’apparence d’ordre qu’elle prétend apporter sous un vernis de scientisme et de laïcité satisfaite ; mais c’est aussi de révéler ce « fond obscur » qui sommeille sous la surface policée de la vie sociale. Bergson expliquera dans le Rire, cette capacité de l’art à démasquer « sous la vie tranquille, bourgeoise, que la société et la raison nous ont composée, (le dramaturge), va remuer en nous quelque chose qui heureusement n’éclate pas, mais dont il nous fait sentir la tension intérieure . »
    PHilippe Godin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *