L’efficacité politique, n°121/Avril 2010

Le numéro des Cahiers Philosophiques (n°121/Avril 2010) sur le thème de l’efficacité politique vient de paraître :

Pouvons-nous être autre chose que les spectateurs impuissants d’un monde déchiré par des injustices criantes, qui s’impose à nous sur le mode d’une quasi-nécessité ? Les difficultés de l’action politique, son attractivité entamée, sa faible efficacité au regard de ce qui serait nécessaire pour les individus comme pour la planète qui les supporte, invitent à sonder l’apparent épuisement des discours révolutionnaires autant que des pratiques réformistes. Les institutions qui structurent la représentation politique sont le plus souvent des facteurs de paix civile ce qui n’est pas chose négligeable, ou indifférente. Mais la « vraie démocratie », selon les mots du jeune Marx, reste à construire. Sous quelles modalités ? Et à quoi nous engage-t-elle ?

Au sommaire :

– N. Chouchan, Editorial [version pdf]

– Emmanuel Barot, « Du caractère historique des concepts de terreur et de morale révolutionnaires », pp. 9-32

– Mohamed Fayçal Touati, « L’action historique chez Hegel et Marx : de l’esprit aux masses », pp. 33-56

– Hubert Vincent, « Autorité et stabilité dans la théorie rawlsienne de la justice », pp. 57-78

– Antonin Wiser, « L’enceinte. Sur le plaisir dans l’Esthétique de Kant », pp. 79-96.

Les introuvables : »L’effort de l’action politique en période révolutionnaire », pétition présentée le 6 août 1792 à la barre de l’Assemblée par Varlet [version pdf], présentation par Sophie Wahnich [version pdf]

Situations : Entretien avec le colonel Patrick Destremau

Notes de lecture : Frank Burbage, « Quelles limites pour l’émancipation. Note de lecture sur Sans Objet. Capitalisme, subjectivité, aliénation de F. Fischbach » [version pdf]


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *