Appel à contributions : Naturalismes d’aujourd’hui

La naturalisation progressive de tous les domaines du savoir a pris la forme d’un mot d’ordre. « Naturaliser » l’épistémologie, le langage, mais aussi la morale, la phénoménologie, la sociologie ou la psychanalyse, définit autant d’entreprises qui se sont multipliées depuis quarante ans. L’effet de mode produit par cette accélération laisse croire à un projet unifié expliquant les phénomènes de l’esprit par les sciences de la nature. Certes, on distingue dans ce front philosophique des conflits internes, par exemple entre partisans ou non du physicalisme, du réductionnisme, d’un holisme épistémique, ou encore d’un naturalisme pragmatique. Mais l’illusion d’unité est renforcée par le tableau qui fait du naturalisme le socle ontologique de l’Occident moderne. Le monde s’étant désenchanté, tout se passe comme si les naturalismes déployaient aujourd’hui le contenu implicite des schèmes anthropologiques de la modernité, en opposition aux erreurs ou aux illusions des anciennes métaphysiques.

Pourtant la critique anthropologique du naturalisme est elle aussi une critique du dualisme du corps et de l’esprit, de l’opposition de la nature et de la culture, de la séparation de l’homme et de l’animal. Il est donc au moins partiellement erroné de rabattre la diversité des naturalismes contemporains sur une ontologie naturaliste occidentale globale : ici comme là, la tentative est bien au contraire de dépasser et de déplacer les attendus des dualismes hérités de l’époque moderne. Et ce n’est pas un hasard si, sous les aspects de l’écologie, les philosophies qui se veulent porteuses d’une rupture avec le dualisme et l’anthropocentrisme s’adossent également aux sciences de la nature et dessinent elles aussi un naturalisme. Quel en est le sens, la portée théorique et pratique ? Quelles en seraient les limites, qu’il s’agisse de démarcations externes, ou d’embarras internes ?

La critique anthropologique n’est pas pour autant illégitime : elle dénonce la répétition univoque du geste moderne faisant des sciences le seul mode de connaissance acceptable (une sorte de nouveau point d’Archimède) ; elle met en lumière le risque paradoxal de réactiver l’incapacité du naturalisme à répondre aux arguments sceptiques. À moins que le croisement des perspectives de l’anthropologie et des sciences contemporaines ne nous permette de prendre la mesure de l’écart qui nous sépare de l’idée de nature des Modernes et qu’il nous conduise vers des horizons résolument nouveaux. Que disent en effet les naturalismes de cette « nature » dont ils s’autorisent, au moins indirectement, et dont ils tentent de prendre une mesure bien ajustée ?

Ce numéro des Cahiers philosophiques a pour objectif d’instaurer un dialogue entre les naturalismes d’aujourd’hui. Évitant autant que faire se peut une position de surplomb, mais aussi la simple juxtaposition des perspectives qui se réclament d’un naturalisme, les contributions devront s’attacher à clarifier les oppositions, contradictions mais aussi points de rencontre de ces naturalismes ou de leur critique. Il s’agira moins ainsi de trancher des controverses métaphysiques que d’évaluer la fécondité des philosophies qui choisissent de s’enraciner, ou de dialoguer, avec les sciences de la nature – mais de quelle nature ? – et de décrire leurs apories.

Les propositions d’articles sont à adresser à : cahiersphilosophiques@gmail.com

Les articles de 45000 caractères espaces compris (hors notes), sont à remettre fin Mai 2011.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *