Appel à contributions/Call for papers : Naturalism in today’s philosophy

The gradual naturalizing process in every field of knowledge has now become a sort of watchword.

Over the last forty years, more and more enterprises have been launched, such as the naturalizing of epistemology and language, of ethics, phenomenology, sociology or psychoanylisis. The transient enthusiasm brought about by that acceleration might be suggestive of a unified project designed to explain the phenomena of the mind by natural sciences. Of course one should expect some divergence between, for instance, supporters and detractors of physicalism, reductionism, epistemic holism or pragmatic naturalism. Yet, their illusive unity is strengthened by the representation of naturalism as the ontological foundation of the Occident today.

In our disillusioned world it looks as though naturalisms are displaying the implicit content of the anthropological schemes of modernism as opposed to the errors and delusions of ancient metaphysics. However, the anthropological criticism of naturalism also, is a criticism of the body vs mind duality, of the opposition between nature and culture, of the separation between man and animal.

It is therefore partially wrong to reduce the diversity of contemporary naturalisms to a global western naturalistic ontology. On the contrary, in both cases, the purpose is an attempt to go beyond and modify the arguments of the dualisms inherited from the modern age. And it is quite logical that

ecology-friendly philosophies, eager to break away from dualism and anthropocentrism, should also rely on natural sciences and develop a naturalism of their own. What does this imply ?

What significance, what scope, either theoretical or practical ? What would limit the enterprise – whether for external reasons or because of inner difficulties ?

The anthropological criticism is not to be dismissed as unacceptable however : it exposes the univocal repetition of the modern assumption that sciences are the only trustworthy path to knowledge ( a sort of new Archimedes discovery ) ; it brings out the paradoxical risk of reactivating the inability for naturalism to challenge skeptical arguments. Unless the interchange of prospects between anthropology and contemporary sciences enables us to measure the distance that separates us from the Moderns ‘ concept of nature, thus opening up for us totally new  horizons.

What do naturalisms actually say about this « nature » on whose behalf they pretend to speak, indirectly at least, and whose significance they are endeavouring to assess as accurately as they possibly can ?

The papers (45000 characters – notes not included) are to be sent in French (31th May, 2011) to :  cahiersphilosophiques@gmail.com

La naturalisation progressive de tous les domaines du savoir a pris la forme d’un mot d’ordre. « Naturaliser » l’épistémologie, le langage, mais aussi la morale, la phénoménologie, la sociologie ou la psychanalyse, définit autant d’entreprises qui se sont multipliées depuis quarante ans. L’effet de mode produit par cette accélération laisse croire à un projet unifié expliquant les phénomènes de l’esprit par les sciences de la nature. Certes, on distingue dans ce front philosophique des conflits internes, par exemple entre partisans ou non du physicalisme, du réductionnisme, d’un holisme épistémique, ou encore d’un naturalisme pragmatique. Mais l’illusion d’unité est renforcée par le tableau qui fait du naturalisme le socle ontologique de l’Occident moderne. Le monde s’étant désenchanté, tout se passe comme si les naturalismes déployaient aujourd’hui le contenu implicite des schèmes anthropologiques de la modernité, en opposition aux erreurs ou aux illusions des anciennes métaphysiques.

Pourtant la critique anthropologique du naturalisme est elle aussi une critique du dualisme du corps et de l’esprit, de l’opposition de la nature et de la culture, de la séparation de l’homme et de l’animal. Il est donc au moins partiellement erroné de rabattre la diversité des naturalismes contemporains sur une ontologie naturaliste occidentale globale : ici comme là, la tentative est bien au contraire de dépasser et de déplacer les attendus des dualismes hérités de l’époque moderne. Et ce n’est pas un hasard si, sous les aspects de l’écologie, les philosophies qui se veulent porteuses d’une rupture avec le dualisme et l’anthropocentrisme s’adossent également aux sciences de la nature et dessinent elles aussi un naturalisme. Quel en est le sens, la portée théorique et pratique ? Quelles en seraient les limites, qu’il s’agisse de démarcations externes, ou d’embarras internes ?

La critique anthropologique n’est pas pour autant illégitime : elle dénonce la répétition univoque du geste moderne faisant des sciences le seul mode de connaissance acceptable (une sorte de nouveau point d’Archimède) ; elle met en lumière le risque paradoxal de réactiver l’incapacité du naturalisme à répondre aux arguments sceptiques. À moins que le croisement des perspectives de l’anthropologie et des sciences contemporaines ne nous permette de prendre la mesure de l’écart qui nous sépare de l’idée de nature des Modernes et qu’il nous conduise vers des horizons résolument nouveaux. Que disent en effet les naturalismes de cette « nature » dont ils s’autorisent, au moins indirectement, et dont ils tentent de prendre une mesure bien ajustée ?

Ce numéro des Cahiers philosophiques a pour objectif d’instaurer un dialogue entre les naturalismes d’aujourd’hui. Évitant autant que faire se peut une position de surplomb, mais aussi la simple juxtaposition des perspectives qui se réclament d’un naturalisme, les contributions devront s’attacher à clarifier les oppositions, contradictions mais aussi points de rencontre de ces naturalismes ou de leur critique. Il s’agira moins ainsi de trancher des controverses métaphysiques que d’évaluer la fécondité des philosophies qui choisissent de s’enraciner, ou de dialoguer, avec les sciences de la nature – mais de quelle nature ? – et de décrire leurs apories.

Les propositions d’articles sont à adresser à : cahiersphilosophiques@gmail.com

Les articles de 45000 caractères espaces compris (hors notes), sont à remettre fin Mai 2011.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *