Appel à contribution : Qu’est-ce que l’économie (néo)libérale ?

Le libéralisme, à travers ses plus éminents défenseurs comme ses critiques les plus virulents, aura fourni depuis la critique smithienne de l’économie politique, un des cadres les plus puissants de la pensée politique du XIXe et du XXIe siècle aussi bien dans la façon de penser le rapport de l’Etat à la société civile, que dans la manière de réinterpréter la question des fondements du droit à partir des conditions a priori et formelles du contrat, que dans une formulation non substantialiste de l’économie dégagée de tout attendu sur la nature et les fins de la sociabilité humaine. Il n’est pas même la philosophie de l’histoire qui ne se soit trouvée impliquée dans les plus récents développements du paradigme libéral.

L’histoire du libéralisme politique est assez bien documentée et le modèle de la démocratie libérale reste au centre de l’interrogation sur la nature de la démocratie et des ressources de légitimation que les pratiques publiques et politiques qui en sont constitutives sont susceptibles d’offrir aux différentes revendications émanant du corps social. D’autant plus que les formes nouvelles que prennent ces revendications – communautariste, écologiste, féministe, etc. – ne vont pas sans souligner les limites d’une théorie subjectiviste du droit qui semble lui être inhérent.

En revanche les conflits théoriques et philosophiques qui ont accompagné cette histoire ont été brouillés par les débats – aux accents souvent idéologiques – accompagnant le processus de formation (et de contestation) du capitalisme. La pensée néo-libérale procède d’une tradition critique de l’économie politique – notamment à travers sa version marginaliste, plus particulièrement autrichienne -, mais elle n’est pas à proprement parler une théorie du capitalisme, pas plus que l’homme libéral n’est cet homo oeconomicus auquel M. Weber et W. Sombart ont réduit la figure idéal typique du bourgeois.

La façon même dont la question de l’économie se pose pour les théoriciens libéraux est en réalité assez éloignée de ce qu’une tradition webérienne, finalement dominante chez les philosophes, a construit comme paradigme de l’action économique. Si on considère la querelle de l’historicisme (ou Methodenstreit) qui opposa C. Menger et G. von Schmoller, chef de file de l’école historique allemande, elles sont mêmes antinomiques.

 

C’est pourquoi, il nous paraît important dans le contexte actuel d’une problématisation généralisée du libéralisme, de revenir sur les enjeux conceptuels, épistémologiques et philosophiques auxquels l’élaboration des concepts de base de sa définition de l’économie a été liée : notamment pour ce qui concerne la question de l’intentionnalité des acteurs, de la rationalité de l’action dans sa relation à une théorie de la valeur et des limites d’un rationalisme constructiviste, pour reprendre une terminologie de F. Hayek, qu’il n’a cessé de dénoncer.

 

Les propositions d’articles sont à envoyer au Comité de Rédaction de la revue : cahiersphilosophiques@gmail.com

Les articles seront à remettre début Septembre 2012.
photo credit: rahuldlucca via photopin cc


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *