Qu'est-ce que la philosophie sociale ?

16 février 2012

Qu’est-ce que la philosophie sociale ? Existe-t-il une philosophie sociale ?

Apparue à la fin du XVIIIe siècle en France, la « philosophie sociale » a trouvé en Allemagne, dans la Sozialphilosophie, sous l’impulsion des travaux de Hegel et Marx, puis de l’Ecole de Franckfort, avec Habermas et Honneth, ses développements les plus connus.

L'objectif poursuivi par ce dossier est de clarifier sa définition, sa fondation conceptuelle comme son origine historique, et sa fonction.

En France, on la rapporte communément aux écrits de Montesquieu et Rousseau, qui ont porté une attention nouvelle aux phénomènes sociaux pour les soumettre à la critique. Déployant une théorie des sociétés et non pas de la société, et du devenir des hommes dans des situations socio-historiques déterminées, ces philosophes ne limitent assurément pas la réflexion politique à la fondation d’un ordre social juste et à la question des institutions.

A la différence de la philosophie politique qui resterait attachée à la définition de la justice et de l’injustice, la philosophie sociale ne se résume pas à la détermination du meilleur régime et donc à la question du pouvoir et de son détenteur légitime ; elle s’attache au substrat social, aux déformations des formes de vie ou « pathologies sociales». Quand la philosophie politique opère au moyen des concepts juridiques de la loi, de la souveraineté, du droit, la philosophie sociale se caractérise par une approche plus descriptive, elle se combine aux études sociales empiriques pour porter un jugement critique sur la société présente.

Cependant, la distinction de la société et de l’Etat, du social et du politique, est-elle un critère suffisant pour la définir et la distinguer de la philosophie politique ? Sa double vocation, descriptive et critique, suffit-elle à la spécifier ? Si l’on peut en douter, ne faut-il pas alors se pencher sur les concepts dont elle use (aliénation, domination, idéologie, reconnaissance, réalisation de soi, émancipation, etc.) ?

Ensuite, quel rapport entretient-elle avec des disciplines telles que l’économie politique, la sociologie, la psychologie et l’histoire ? Son rapport aux sciences sociales et historiques la préserve-telle d’un éloignement par rapport à la philosophie même dont elle s’est voulu la critique, ce que manifesterait en France la tradition de la sociologie critique ?

Comment se rapporte-t-elle à son histoire, ou faudrait-il plutôt dire ses histoires, selon qu'on la considère depuis la France ou l'Allemagne, et quels discours tient-elle sur sa propre histoire ?

Enfin, inscrite dans un champ social sur lequel elle se sait exercer des effets, elle n’en reste pas à une critique d’ordre simplement théorique. Elle se veut une pratique émancipatrice, produisant des normes qui favorisent l’amélioration de la société. De quelle émancipation est-elle porteuse ?
Numéro prévu pour 2013
photo credit: sacks08 cc


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Posté dans : À paraître

Laisser un commentaire

Le site CNDP

  • Les cahiers philosophiques

Carnets de recherche