Appel à contribution : sur l’épistémologie sociale

medium_7638306424Avec Descartes, la théorie de la connaissance a été fondée sur le cogito, le sujet connaissant conçu comme un ego. La mise en pratique du doute méthodique s’est accompagnée de la critique de l’autorité, de la suspicion portée sur le témoignage d’autrui et, il n’y a pas longtemps encore, la règle était au solipsisme méthodologique (Carnap) ou à l’individualisme méthodologique (Weber, Popper). Il en a résulté une image très contestable de la connaissance, passant sous silence le rôle absolument fondamental qu’autrui joue dans la constitution des savoirs de chacun de nous.

L’épistémologie sociale, — qu’il vaudrait mieux appeler théorie sociale de la connaissance, car la réflexion sur la science y occupe une place tout à fait mineure —, réagit contre ces excès et veut rendre à la connaissance sa dimension sociale. Elle a souvent pris la forme d’un anticartésianisme (Comte, Peirce, Wittgenstein); un peu plus tard, dans le sillage de ce dernier, la pragmatique avait reconnu l’importance de la déférence dans la communication, et des travaux plus récents, souvent menés à la frontière de la philosophie et de la sociologie, nous invitent à porter un nouveau regard sur la confiance  ou sur l’autorité

Le numéro se propose de faire le point sur ces divers travaux, qui renouvellent l’image que nous nous faisons des processus cognitifs.
photo credit: geezaweezer via photopin cc


Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. GIBOIN dit :

    Bonjour,
    Je souhaiterais connaître le délai donné pour vous faire parvenir un article sur l’épistémologie sociale. A quelle date en avez-vous fixé le terme ?
    Cordialement,
    Claude Giboin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *