Mentir

Recension de Mentir de  Marie-France Hazebroucq.

Ce livre inaugure une nouvelle collection destinée à initier les adolescents à la philosophie, en les faisant réfléchir à partir de situations vécues, de textes littéraires ou de films. Marie-France Hazebroucq pose dans ce premier volume la question du mensonge en partant de la diversité des acceptions du terme, et en se demandant ce qui constitue l’unité de la notion, ce qu’il y a de commun à l’essaim d’exemples qu’on qualifie du même nom de mensonge. Chaque chapitre du livre s’interroge sur une situation où se pose la question du mensonge : tromper, tromper et se tromper, calomnier et médire, tricher, truquer, en imposer, savoir mentir, faire semblant, mentir vrai, manquer de parole, parler et mentir, appeler un chat un chat, laisser mentir, mentir malgré soi, tout dire, simuler et dissimuler, garder le secret, se taire, dénoncer, dire la vérité, avoir le droit de mentir. La question du mensonge est ainsi renvoyée à la fois à la question du langage, à la question du rapport à soi-même, à celle du rapport aux autres et des enjeux éthiques et politiques de la dissimulation.

Le grand intérêt de cette analyse à partir de situations concrètes est de prendre en compte la diversité de l’expérience en faisant apparaître la complexité voire les paradoxes des mensonges. Le chapitre « Tout dire » pose les questions de la sincérité, de la politesse et de l’hypocrisie en en partant de situations courantes — quelles sont les limites à la franchise ?— et étudie à partir de là l’opposition d’Alceste et de Philinte dans le Misanthrope, des scènes de Ridicule de P. Lecomte, pour aboutir à l’analyse des rapports entre mensonge et politesse : dénonciation de la politesse dans le Discours sur les sciences et les arts comme mensongère et à l’origine d’un conformisme social ; justification de la politesse dans l’Idée d’une histoire universelle d’un point de vue cosmopolitique en raison de l’insociable sociabilité des hommes. Les choses peuvent être encore plus complexes, quand la ligne de partage entre mensonge et vérité n’est pas claire : le chapitre intitulé « mentir vrai » montre comment je peux en disant strictement la vérité, mentir : je joue avec les mots et je réponds à Pierre qui me demande si Paul est là, qu’il n’est pas là, alors qu’il est dans la pièce à côté. Sont cités en exemple la grande lettre que Valmont écrit à la présidente de Tourvel entre les bras d’Émilie, ou des stratégies de défense mises en place par des avocats dans Délit flagrant de Depardon. Il est alors possible de passer à une analyse plus complexe : le mentir vrai n’est pas réductible à une façon de se tirer d’affaire en se donnant bonne conscience. Si on peut parler de vérité du « mentir vrai » c’est qu’il n’est pas seulement une forme de mauvaise foi. Mentir vrai peut alors aussi bien désigner l’art romanesque d’Aragon, qui colle au présent, que le refus de l’homme d’être réduit à la situation d’un moment, à être identifié à un instant de sa vie.

Ce livre réussit à tenir un pari difficile en conciliant la clarté et la rigueur, en recourant à des exemples simples sans jamais tomber dans l’analyse simplificatrice, en partant de situations concrètes pour montrer qu’on a besoin pour les comprendre ou pour résoudre les difficultés qu’elles soulèvent de recourir à un questionnement, à des définitions rigoureuses, voire à des concepts. Il ne peut que donner envie de lire ou de relire des romans, de voir des films, voire on peut l’espérer, d’aller chercher les textes philosophiques auxquels il fait allusion.

Mentir, Marie-France Hazebroucq, Philo ado, Rue de l’échiquier, Paris, 2010, ISBN, 978-2-917770-08-5

Barbara de Negroni


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *