Augustin, n°122/3ème trimestre 2010

«…comme une mer s’étendant partout et de tout côté à travers l’immensité, rien qu’une mer infinie qui aurait en son sein une éponge aussi grande qu’on voudra mais finie cependant : elle serait pleine évidemment, cette éponge-là, dans toutes ses parties de l’immense mer. C’est ainsi que ta création, finie, je l’imaginais pleine de toi, l’infini. »

Augustin multiplie les métaphores et use de la poésie des mots pour tenter de se représenter ce qui ne peut l’être, ici le rapport d’un Dieu infini à sa création finie. Il forge ainsi les éléments d’une doctrine chrétienne qui en feront une des autorités durablement reconnue par l’Eglise.
Lire Augustin en philosophe, c’est se rendre attentif à la genèse de cette doctrine, à l’inventivité conceptuelle nécessaire à son élaboration, à la subtilité d’un esprit aux prises avec des difficultés qui sont logiques, ontologiques et morales autant que théologiques.

Au sommaire :

– N. Chouchan, Editorial

– Jérôme Laurent, “Peccatum nihil est. Remarques sur la conception augustinienne du péché comme néant”, pp.  9-20. [version pdf]

– Isabelle Koch, “Augustin et l’usage du monde”, pp. 21-42.

– Anne-Isabelle Bouton-Touboulic, “Augustin et le corps de la voix”, pp. 43-56.

Etudes : Eric Pommier, “le sens de la liberté chez Bergson”, pp. 57-88.

Les Introuvables : Nicole, Introduction du symbole, section cinquième : de la grâce et de la prédestination, pp. 93-114 [version pdf], avec une introduction de B. de Negroni, “Grâce et liberté, de la théologie à la morale” [version pdf]

Situations : Entretien sur le cosmopolitisme entre Seyla Benhabib et Daniele Archibugi, pp. 115-127 [version pdf]

Le dossier de ce numéro a été coordonné par Géraldine Lepan et Stéphane Marchand


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.